PIQUER


PIQUER
v. tr.

Percer, entamer légèrement avec quelque chose de pointu. Une épingle l’a piqué. Il y a des épines qui piquent fort. Piquer quelqu’un jusqu’au sang. Je me suis piqué. Je me suis piqué le doigt.

Piquer un papier, Y faire de petits trous.

PIQUER se dit aussi des Serpents, de la vermine, des insectes qui mordent, qui entament la peau. être piqué par un serpent. être piqué par un moustique, par une guêpe. Les mouches piquent les chevaux.

Fig. et fam., Quelle mouche le pique, l’a piqué? se dit d’un Homme qui se fâche, qui s’est fâché sans sujet apparent.

PIQUER se dit également des Insectes qui entament le bois, les étoffes, etc. Les miles, les vers ont piqué ce manteau. Ce livre est piqué des vers.

Fig. et fam., Voilà qui n’est pas piqué des vers, Cela n’est pas mauvais, cela a du mérite.

En termes de Maréchal, Piquer un cheval, Lui faire entrer la pointe du clou jusqu’à la chair vive, en le ferrant.

En termes de Manège, Piquer un cheval et, absolument, Piquer, Donner des éperons à un cheval et le pousser au galop. Il piqua son cheval, qui partit au galop.

Piquer des deux, Faire sentir les deux éperons à un cheval afin d’accélérer sa marche.

En termes d’équitation, Piquer un galop.

PIQUER signifie aussi Enfoncer, faire pénétrer par la pointe. Piquer des épingles sur une pelote.

Fam., Piquer une tête, Se jeter, tomber la tête la première. Il a piqué une tête dans l’eau. J’ai failli piquer une tête du haut du mur.

En termes de Marine, Piquer au vent, Aller à l’encontre du vent.

PIQUER signifie aussi Faire avec du fil ou de la soie, sur deux ou plusieurs étoffes mises l’une sur l’autre, des points qui les traversent et qui les unissent. Piquer un couvre-pied. Piquer des bonnets.

Piquer des bottines, Unir par des points l’étoffe des bottines à leur cuir.

Piquer un collet d’habit, des poignets de chemise, etc., Y faire des points et arrière-points symétriques pour les orner.

Piquer à la machine, Piquer des étoffes à l’aide d’une machine à coudre.

PIQUER s’emploie encore en des sens analogues dans plusieurs termes d’arts, de métiers, de jeux, etc.

Piquer une pierre, un moellon, une meule, etc., Les rendre rugueux, en y faisant de petits enfoncements avec le côté pointu du marteau.

Piquer de la viande, La larder avec de petits lardons. Veau piqué.

Piquer de gros lard un morceau de boeuf, Le larder avec de gros lardons.

Au jeu de Billard, Piquer la bille, La toucher presque perpendiculairement avec la queue.

En termes de Musique, Piquer une note, Détacher une note. Note piquée, Note au-dessus de laquelle est marqué un point.

PIQUER se dit aussi des Choses qui affectent le goût de telle sorte que la langue semble en être piquée. Ce vin pique la langue agréablement, désagréablement. Ce fromage pique.

Il se dit figurément des Choses qui font une impression vive et agréable. Il n’y a rien dans cet ouvrage, dans ce style qui pique et qui réveille. Il y a dans la physionomie de cette femme je ne sais quoi qui pique et qui attire.

Piquer la curiosité de quelqu’un, Inspirer un vif désir de connaître.

PIQUER signifie aussi Fâcher, irriter, froisser la susceptibilité ou la légitime fierté de quelqu’un, mettre en colère. Ce discours l’a piqué, l’a piqué au vif, jusqu’au vif. La moindre chose le pique. Il dit souvent des choses qui piquent.

Il se dit pour Faire des injections de morphine ou de quelque autre substance analogue. Il se pique à la morphine.

Fig. et fam., Se piquer le nez, S’enivrer légèrement et habituellement.

SE PIQUER se dit aussi de Certaines choses qui se gâtent en présentant d’ordinaire des trous ou des taches. Ce bois se pique, ces étoffes se piquent, Les vers s’y mettent. Ce papier imprimé se pique, Il commence à se gâter, faute d’avoir été étendu et séché. Ces confitures se piquent, Elles ont des taches de moisissure. Une gravure, un livre qui se pique, Où il se fait de petites taches d’humidité.

Ce vin, cette boisson se pique, Ce vin, cette boisson commence à s’aigrir.

SE PIQUER signifie, au figuré, Se sentir offensé, prendre en mauvaise part. C’est un homme qui se pique du moindre mot qu’on lui dit. Il parle en homme piqué.

Il signifie aussi Se glorifier de quelque chose, en faire vanité, en tirer avantage, en faire profession. Il se pique de bien écrire, de bien parler, etc. Il se pique d’être toujours bien renseigné. Il se pique de bonne éducation, de politesse raffinée.

Se piquer d’honneur, Dans une certaine circonstance, exiger de soi-même une conduite que l’on juge conforme à l’honneur.

Se piquer au jeu ou simplement Se piquer, S’opiniâtrer à jouer malgré la perte.

Fig. et fam., Se piquer au jeu, être piqué au jeu se dit d’une Personne qui veut venir à bout de quelque chose, malgré les obstacles qu’elle y trouve, ou même d’autant plus vivement qu’elle y trouve plus d’obstacles.

Le participe passé s’emploie aussi adjectivement. Poulet piqué, Poulet lardé.

PIQUÉ se dit aussi familièrement de Quelqu’un qui a le cerveau un peu dérangé. Il est un peu piqué.

L'Academie francaise. 1935.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • piquer — [ pike ] v. <conjug. : 1> • 1130; lat. pop. °pikkare « piquer, frapper », d o. préromane et expressive I ♦ V. tr. A ♦ 1 ♦ Entamer légèrement ou percer avec une pointe. Un bouvier « armé d un aiguillon, pique ses deux bœufs bossus » (F. de… …   Encyclopédie Universelle

  • piquer — Piquer, Lancinare, Pungere, Fodere, Stimulare, Stimulos admouere. Piquer un cheval des esperons, Concitare calcaribus equum, Calcaribus agitare, Calcaria subdere, Fodere calcaribus armos equi. Piquer le cheval qui va plus viste que ne voulons,… …   Thresor de la langue françoyse

  • Piquer — ist der Familienname folgender Personen: Concha Piquer (eigentlich María de la Concepción Piquer López; 1908–1990), spanische Sängerin und Schauspielerin Francisco Piquer Rodilla (1666–1739), spanischer Priester und Musiker Juan Piquer Simón… …   Deutsch Wikipedia

  • Piquer — Piquer, Conchita Piquer, Josep …   Enciclopedia Universal

  • piquer — (pi ké), je piquais, nous piquions, vous piquiez ; que je pique, que nous piquions, que vous piquiez, v. a. 1°   Entamer légèrement avec quelque chose de pointu. 2°   Percer la peau avec la lancette. 3°   Se dit des serpents, des insectes.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PIQUER — v. a. Percer, entamer légèrement avec quelque chose de fort pointu. Une épingle l a piqué. Il y a des épines qui piquent fort. Piquer quelqu un jusqu au sang. Je me suis piqué. Piquer un papier, Y faire de petits trous.  Il se dit aussi Des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • piquer — v.t. Percer : Piquer les pneus. / Donner un coup de couteau ou de cutter : Je l ai piqué. / Tatouer : Se faire piquer un cœur sur le bras. / Voler, chaparder : Piquer les troncs (dans les églises). / Ramasser : Piquer les dopes. / Prendre,… …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • piquer — vt. , faire une piqûre ; (en plus à Arvillard) planter, parsemer : PèKÂ (Albanais.001b, Leschaux, Saxel.002b, Thônes.004b | 001a.FON.,004a, Annecy, Chambéry.025b, Cordon.083b, St Nicolas Cha.125, Thônes.004), pekâ (002a, 025a, Arvillard.228b,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Piquer — Le verbe « piquer » a de nombreuses acceptions : en aéronautique, action de descendre très rapidement. Un avion peut avoir une tendance à « piquer » (ou au contraire : à « cabrer ») que le pilote ou les… …   Wikipédia en Français

  • piquer — vt Voler, prendre. • Tiens, il me manque un bouquin, je me demande qui a pu le piquer? • Merde! Je me suis fait piquer ma bagnole! • Il m’a piqué le petit Utrillo que j’avais accroché dans l’entrée. Un vrai! Je l’avais fait expertiser …   Le petit dico du grand français familier